« Cet accord n’est pas le meilleur ni le plus beau mais il peut sauver des milliers d’emplois » selon Stéphanie Dayan (CFDT)

Pour l’heure, le gouvernement n’a pas renouvelé le chômage partiel avec une prise en charge totale de la part du gouvernement au-delà de mars 2021.

Même si les échos qui filtrent des différents ministères peuvent laisser espérer qu’une fumée blanche annoncera le prolongement, tant que la crise perdure, les acteurs du tourisme n’ont que peu de visibilité.

A lire : Fonds de solidarité et chômage partiel : stop ou encore, pour les dispositifs en mars ?

Face à ce flou et parce que l’industrie ne va pas retrouver une activité normale avant de nombreux mois, le dispositif « activité partielle de longue durée (APLD) » sera prépondérant pour sauver des emplois.

C’est dans le but de lever des freins, pour permettre de ratifier un accord de branche et faire avancer le dossier, que les syndicats de l’hôtellerie et restauration se sont rendus au ministère du Travail.

Si la CGT et FO ont exercé leur droit d’opposition, la CFDT a réaffirmé l’importance de cet accord pour limiter la perte de pouvoir d’achat des salariés et l’impact sur les entreprises de l’arrêt de l’activité.

La réunion n’a pas été vaine, car les négociations qui ont abouti à un accord APLD signé par la CFDT et la CFE-CGC, le ministère du Travail ayant confirmé la prise en charge des heures conventionnelles.



Source link