« la situation est sous contrôle » pour Nicolas Dayot (FNHPA)

Nicolas Dayot : "Si nous faisons un ratio sur les 7800 campings présents en France, seuls 0,30% des établissements de plein air ont eu un début de cluster depuis le début de l'été.  C'est très faible et cela démontre à quel point il faut être sérieux" - Depositphotos.com  Auteur philipus

Nicolas Dayot : « Si nous faisons un ratio sur les 7800 campings présents en France, seuls 0,30% des établissements de plein air ont eu un début de cluster depuis le début de l’été. C’est très faible et cela démontre à quel point il faut être sérieux » – Depositphotos.com Auteur philipus

TourMaG.com – La presse grand public s’est fait écho de clusters découverts au sein de plusieurs campings notamment en Vendée mais aussi en Loire-Atlantique et dans les Landes. Certains observateurs pointent du doigt le protocole sanitaire mis en œuvre dans les campings. Que répondez-vous ?

Nicolas Dayot : La plupart sont de petits clusters, entre 15 et 20 personnes testées positives. En fait ces clusters ont été détectés car les campings ont bien appliqué les procédures en appelant l’ARS (Agence régionale de santé).

Ensuite l’ARS teste l’ensemble des clients… et quand on teste on trouve… Certes il y a des cas mais par rapport au nombre de clients, c’est marginal. Il est normal, et c’est le jeu médiatique, qu’il y ait un retentissement dans la presse.

Je vous prends l’exemple d’un des campings concerné par un cluster. Cet établissement compte 600 emplacements et seules 20 personnes ont été testées positives dont la moitié sont des salariés. Le camping et sa piscine sont restés ouverts en revanche les bars et restaurants ont été fermés. Et les personnes positives ont été mises à l’isolement. La procédure fonction très bien.

C’est parce que les campings prennent les choses en main avec l’ARS que les processus fonctionnent. Les clusters découverts ont été bien maîtrisés et l’épidémie a pu être circonscrite.

Nous ne devons pas transiger sur la sécurité sanitaire. La situation est sous contrôle. Lorsqu’il y a un doute, les campings doivent contacter l’ARS pour tuer dans l’œuf le phénomène. Si nous faisons un ratio sur les 7800 campings présents en France, seuls 0,30% des établissements de plein air ont eu un début de cluster depuis le début de l’été.

C’est très faible et cela démontre à quel point il faut être sérieux.



Source link