l’ARS Île-de-France met les voyageurs à l’amende…

Des échéances qui s’allongent comme un jour sans pain, et qui sont aussi un piège mortel pour l’industrie du tourisme.

Déjà à la peine avec les restrictions des voyages en Europe et des continents (Asie, Amériques) quasiment inaccessibles, la tâche devient insurmontable pour les candidats au voyage.

Qui va prendre le risque de partir en réglant un billet d’avion sans savoir s’il sera en mesure d’embarquer parce que son PCR ne rentre pas dans dans les délais impartis ?

Qui va prendre le risque de payer un forfait dont il n’est pas sûr de pouvoir profiter si ses résultats s’avèrent positifs ?

Qui va prendre le risque après tout cela de se retrouver en “quarantaine” à l’étranger, parfois à ses frais dans un endroit qu’il n’a pas toujours choisi ?

Et comme tout cela ne suffisait pas, on apprend que l’Agence régionale de santé d’Ile de France s’est fendue d’une note aux laboratoires pour leur demander de donner la priorité à d’autres publics que ceux des voyageurs, désormais persona non grata.

Certes, Aurélien Rousseau, le directeur général de l’agence régionale de santé (ARS) de la région Île-de-France, avait déjà annoncé la couleur dans Le Journal du dimanche du 19 septembre dernier qui titrait : « Il faut assumer de donner la priorité aux prioritaires ».

Ceci en oubliant un peu vite que tous les voyageurs ne partent pas forcément pour faire du tourisme et qu’ils ont aussi leurs priorités…

Mais si l’info est confirmée officiellement, alors il faut l’assumer et le dire haut et fort. Ceci pour deux raisons :

1) éviter aux voyageurs de s’escrimer à passer des tests dont il n’auront jamais les résultats dans les temps
2) dire clairement aux professionnels qu’ils peuvent tirer le rideau et aller à la pêche

Cela va sans dire mais ça va mieux en le disant…



Source link