quel sera le programme de vol pour l’été à venir ?

Air France, devenue une start-up de l’aérien à la faveur de la crise, pourrait même grossir son offre qui comporte pour le moment une desserte de Casablanca (28 vols hebdomadaires), Marrakech (14 vols hebdomadaires), Rabat (18 vols hebdomadaires), plus les deux nouvelles destinations, mais ce n’est pas tout.

« Nous maintiendrons ce plan de vol jusqu’à fin août 2021, mais nous sommes très agiles, donc si nous voyons que la demande répond, nous pourrons ajouter des fréquences.

Nous ne nous interdisons rien, » avoue le porte-parole de la compagnie.

Par contre la Royal Air Maroc injoignable l’était aussi pour ses clients, car le 6 juin 2021, face à l’affluence le site internet ne pouvait plus suivre, les clients étant invités à se rabattre sur l’application.

Victime de son succès, le Maroc doit-il se préparer à une belle saison touristique ? Pas forcément.

« Le gros de nos ventes reste sur l’aérien et donc probablement une cliente affinitaire. Depuis le 9 juin, nous recommençons à voir des réservations sur de l’hôtellerie et donc sur une cliente loisirs.

Cela reste encore calme de ce côté, » analyse Frédéric Pilloud.

D’ailleurs pour Misterfly, les départs des passagers sont prévus majoritairement en juillet 2020, seulement 20% en août. Les prix ne s’envolent pas encore, mais se rapprochent inexorablement de ceux observés en 2020.

Chez son concurrent, la situation est légèrement similaire, le Maroc est la première destination avec 13% des ventes, avec en tête Casablanca et Oujda.

« Cela signifie que nous sommes sur une clientèle affinitaire. Toutefois, cette semaine a été la plus importante en prise de commandes depuis début juin 2019, sur le pays, » se félicite Fabrice Dariot.

Pour un autre spécialiste de la destination et tour-opérateur, il y a un frémissement, mais rien de plus.

« Nous envisageons de mettre des départs pour Agadir et Marrakech en août pas avant. Nous observons un frémissement, mais ce n’est pas au même niveau que les autres destinations.

N’oublions pas que ce n’est pas la haute saison pour le Maroc, c’est l’Europe du sud qui sortira gagnante de l’été à venir, » précise Raouf Benslimane, le PDG de Thalasso n°1/Ôvoyages.

Ce dernier attend la véritable reprise de la destination pour la fin de l’été, ente temps, il se peut que le Maroc connaisse un allègement des restrictions de la part du gouvernement français…

Et alors la reprise sera vraiment très belle et le ciel au beau fixe.



Source link