TMR lance sa 46e édition, exclusivement en Première classe

Le voyagiste marseillais revient sur son conflit avec Costa Croisières


L’opérateur marseillais TMR, spécialiste des tours du monde depuis plus de 30 ans, prépare la 46e édition de sa croisière aérienne autour du globe. Prévue du 14 novembre au 4 décembre 2021, elle fera notamment escale à La Havane, sur l’Île de Pâques ou encore à Carthagène des Indes et Samarcande. Un projet plein d’espoir après une année 2020 compliquée par la crise liée au Covid-19 et par l’annulation de ses croisières musicales, affrétées sur le Costa Diadema. Jean-Maurice Ravon, directeur-fondateur de TMR, revient sur ces derniers mois dans TourMaG.com et nous parle d’avenir.



Parmi les options proposées par TMR pour ce 46 tour du monde, le survol en montgolfière de la plaine aux 2 500 temples de Bagan (Birmanie) - DR : TMR

Parmi les options proposées par TMR pour ce 46 tour du monde, le survol en montgolfière de la plaine aux 2 500 temples de Bagan (Birmanie) – DR : TMR

TourMaG.com – Vous êtes spécialiste des tours du monde depuis plus de 30 ans, avec 45 éditions au compteur ! La dernière a été réalisée en février 2020, juste avant le démarrage de la crise mondiale liée à la pandémie de Covid-19…

Jean-Maurice Ravon : Oui, nous avons eu « de la chance », nous avons pu rentrer juste avant l’épidémie.

Les clients étaient un peu inquiets puisque nous sommes partis le 10 février, mais tout s’est bien déroulé, il n’y a eu aucun malade.

Nous avions tout de même emmené un stock de 1 000 masques à bord pour 200 personnes. Un mois plus tard, nous étions tous en confinement…

TourMaG.com – C’était votre dernière édition…

Jean-Maurice Ravon : Oui, nous avons annulé les deux tours du monde suivants, prévus fin 2020 et début 2021, tout simplement parce qu’il n’était pas possible de partir. Mais nous avions tout de même des clients inscrits.

Aujourd’hui, nous lançons une 46e édition, prévue du 14 novembre au 4 décembre 2021.

Nous avons choisi les dates les plus lointaines possible. Nous avons également opté pour un tour du monde exclusivement en première classe, ce qui nous permet d’embarquer moins de passagers dans l’avion et de bien respecter les distanciations.

90 places sont à la vente, dans un appareil qui en comporte normalement 320. Aucune escale technique n’est prévue, car l’avion dispose de 12 à 13 heures d’autonomie. C’est très important pour le confort des passagers.

De plus, le fait de rester deux jours dans chaque escale permet de bien nettoyer l’appareil, de façon plus délicate que sur un avion de ligne classique.

C’est aussi ce qui fait le charme du voyage, l’avion est à disposition. S’il y a un souci technique, on peut réparer rapidement le problème.


Déjà 25 inscrits sur le prochain tour du monde

Le 46e tour du monde s'effectuera exclusivement en première classe - DR : TMR

Le 46e tour du monde s’effectuera exclusivement en première classe – DR : TMR

TourMaG.com – La nouveauté, c’est l’arrivée de la Première Classe ? Ou bien de nouvelles escales ?

Jean-Maurice Ravon : Nous proposions déjà la Première Classe, mais de façon mixte, couplée à des places en Business. Ici, il s’agit d’une version plus exclusive, avec un mètre de largeur entre chaque siège. Sur place, les passagers sont divisés en très petits groupes.

Quant aux escales, il n’y a pas de nouveautés, nous avons déjà tout fait. Mais par exemple, cela faisait dix ans que nous n’étions pas allés à Cuba, depuis l’ouverture de la destination aux Américains qui réservaient toutes les places d’hôtel.

Mais avec la crise, nous avons pu obtenir pour la première fois le meilleur hôtel de Cuba, entièrement.

Idem à Carthagène, où il y a très peu d’hôtels, nous avons pu réserver l’établissement que nous souhaitions, qui se situe dans un ancien monastère. Sur l’Île de Pâques, nous n’avons jamais pu réserver le seul hôtel 5 étoiles, mais pour cette édition, c’est le cas. Et ainsi de suite…

TourMaG.com – Quels sont les premiers retours ? Les clients ont-ils envie de repartir ou émettent-ils des réserves ?

Jean-Maurice Ravon : Nous rencontrons les deux typologies de clients : ceux qui ont hâte de repartir et ceux qui hésitent et préfèrent attendre le vaccin.

Pour l’heure, nous comptons 35 passagers inscrits, alors que nous débutons à peine la publicité autour de ce tour du monde.

Nous espérons que d’ici le départ, nos clients seront tous vaccinés, étant donné qu’ils ont en moyenne 70 ans. Nous nous attendons d’ailleurs à ce qu’un passeport sanitaire soit mis en place, notamment en Australie.

TourMaG.com – Vous travaillez uniquement en direct. Vous n’envisagez toujours pas de vous rapprocher des agences de voyages ?

Jean-Maurice Ravon : Nous envoyons tous les ans notre brochure à 2 000 agences de voyages environ, mais je n’ai jamais eu une seule réponse. Les seules réponses que j’ai pu avoir, c’est en prenant une pub dans Paris Match, là des agences me contactent parce qu’un de leurs clients a vu la publicité.

Il y a aussi le fait qu’un tour du monde est un produit difficile à vendre. Il ne faut pas que l’agence soit tentée d’embellir les choses pour vendre et ainsi toucher une commission très intéressante.

Mais pour éviter aussi que, quand j’accompagne mes clients, j’entende des phrases du genre « on m’avait dit que…« . Alors que chez TMR, nous ne disons jamais cela, nous ne promettons pas trop de choses. En revanche, j’accompagne tous les groupes sur l’ensemble de la croisière, pour pouvoir intervenir immédiatement en cas de problème.


TMR ne propose plus de croisières pour le moment

Jean-Maurice Ravon, directeur de TMR, sur l'Île de Pâques. Il y a 30 ans, les premiers tours du monde s'effectuaient en Concorde - DR : TMR

Jean-Maurice Ravon, directeur de TMR, sur l’Île de Pâques. Il y a 30 ans, les premiers tours du monde s’effectuaient en Concorde – DR : TMR

TourMaG.com – Avec la crise Covid et des conditions d’entrée dans les pays qui évoluent très rapidement, vous préparez-vous à d’éventuels changements d’escales ?

Jean-Maurice Ravon : Oui nous y sommes déjà habitués, c’est arrivé lors du Printemps Arabe par exemple, ou lors d’événements climatiques, comme un ouragan à Cairns il y a quelques années.

Evidemment, on ne peut pas dire que ce n’est pas risqué de proposer ce genre de voyages, mais à ce moment-là, on ne fait plus rien !

TourMaG.com – A côté des tours du monde, vous proposez également des produits croisière…

Jean-Maurice Ravon : Plus pour le moment. Les navires sont très gros, ce n’est plus de la navigation, ce sont des immeubles.

Et mes clients sont des personnes âgées qui n’ont plus très envie de repartir en croisière… Car comment être sûr aujourd’hui que les compagnies vont appliquer les mesures sanitaires, avec autant de personnel à bord qui vient de pays très variés et hors de l’Union européenne ?

Je ne connais pas une seule compagnie de croisières aujourd’hui qui n’a pas eu de cas de Covid à bord.

Par ailleurs, en octobre dernier, nous avons affrété un navire, le Costa Diadema, qui peut accueillir 4 000 clients, et nous étions 600 à bord, c’était très bien.

Malheureusement, l’opération s’est mal terminée car Costa Croisières a pris la décision de stopper la croisière en plein milieu. Personne n’a compris pourquoi… Je suis aujourd’hui en discussions avec la compagnie qui me doit 4,5 M€.


« Costa me doit 4,5 M€ »

TourMaG.com – Que s’est-il passé exactement ?

Jean-Maurice Ravon : Au cours de la journée, nous étions en discussions pour rester en Italie au lieu d’aller en Grèce, parce que le pays commençait à fermer ses frontières.

Nous étions obligés de modifier l’itinéraire et à 18h, nous avions décidé de faire un périple en Italie pour que le voyage continue, car nos clients viennent principalement sur nos croisières pour les spectacles.

Et puis, trois heures après, le bateau est parti à Gênes, sans me prévenir, ni prévenir personne. Je n’étais pas à bord, je venais de quitter le navire pour faire l’embarquement de la seconde croisière.

Tous les clients se sont retrouvés dans un bus pour rentrer à Marseille. Il a fallu faire face à cette situation, les clients étaient très mécontents, mais Costa n’a proposé aucun dédommagement.

D’ailleurs, un collectif de clients s’est créé, puisque les 600 clients de cette croisière sont concernés, ainsi que les clients de la croisière suivante. Cela représente 1 000 personnes environ.

Je pense que le collectif, qui discute beaucoup via les réseaux sociaux, comprend au moins 300 clients. Ils envisagent de faire un procès, de façon un peu médiatique certainement, dans lequel TMR sera poursuivi, mais aussi notre RC Pro et Costa Croisières.

TourMaG.com – Et de votre côté, avez-vous engagé une procédure contre Costa Croisières ?

Jean-Maurice Ravon : Les raisons données par Costa pour stopper les croisières me paraissent fausses. Ils ont prétendu que le discours d’Emmanuel Macron qui instaurait un couvre-feu obligeait les clients français à rentrer.

Vous imaginez la crédibilité de cet argument quand, le lendemain, il y avait 150 autres croisiéristes qui partaient de Marseille pour embarquer à bord du Smeralda… D’autant plus que nos clients avaient été testés trois fois depuis le début de leur croisière…

Donc, étant donné qu’ils me doivent 4,5M€ pour ces deux croisières, le dossier est prêt pour lancer un procès à Gênes.

Cependant, depuis quelques jours, il semble que Costa souhaite trouver un arrangement, il y a beaucoup de discussions, de réunions, mais toujours pas de dédommagement pour mes clients, ni de remboursement pour TMR…

TourMaG.com – Comment s’annonce 2021 pour TMR ? Avez-vous des avoirs émis dans le cadre de l’Ordonnance 2020-315 ? Craignez-vous de rencontrer des difficultés au 2e semestre ?

Jean-Maurice Ravon : Pour l’instant, nous pouvons tenir jusqu’au 15 octobre, mais si nous ne récupérons pas l’argent des croisières Costa d’ici là, cela va devenir très délicat.


Costa Croisières répond à TMR

Suite à l’interview avec Jean-Maurice Ravon, nous avons contacté Costa Croisières à propos du différent commercial qui oppose les deux sociétés. Voici la déclaration du croisiériste.

« La priorité absolue de Costa Croisières est d’œuvrer à la santé, à la sécurité et au bien-être de ses clients, membres d’équipage et des communautés à qui nous rendons visite, ainsi qu’à la protection de l’environnement.

Conformément à son exigence de responsabilité, Costa Croisières a fait le choix, en octobre dernier, d’anticiper la fin de la croisière du Costa Diadema, opérée pour le compte d’un tour-opérateur français, avec à son bord uniquement des clients français.

Le navire est donc arrivé le vendredi 16 octobre 2020 à Gênes et l’ensemble des passagers ont pu débarquer et retourner vers la France en toute sécurité, avec le soutien de le compagnie.

Devant l’évolution de la situation épidémique en Europe et la déclaration de l’état d’urgence sanitaire en France à l’époque, cette décision nous est apparue comme la plus responsable.

Les croisières suivantes initialement prévues ont également été annulées, en anticipation de restrictions plus importantes dans les pays de destination. Pour rappel, il s’agissait de croisières plus longues avec des escales prévues en Italie, en Grèce et à Malte.

La déception de M. Ravon est compréhensible, mais nous aimerions pouvoir surmonter les malentendus et revenir sur la base d’un partenariat bénéfique pour tous les clients.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, Costa Croisières respecte scrupuleusement les prescriptions des autorités sanitaires européennes et de ses pays de destination, et agit de la façon la plus prudente et responsable qui soit. Cette approche restera la nôtre tout au long de la crise sanitaire que nous traversons. »


Zoom sur le Tour du Monde TMR 2021

Le 46e tour du monde de TMR, prévu du 14 novembre au 4 décembre 2021, passera par : Cuba (La Havane et Pinar del Río) ; Carthagène des Indes ; l’Île de Pâques ; Papeete ; Sydney ; Hanoï et la Baie d’Halong ; Mandalay et Bagan ; Samarcande.

Cette année, TMR disposera d’un nouveau jet privé, un Boeing 767-300 VIP, entièrement réservé pour 96 personnes et couramment emprunté par les stars (dont les Rolling Stones, les grandes équipes sportives et les familles de milliardaires). Un Chef sera à bord.

Des surprises seront réservées aux voyageurs : matériel de bienvenue ; soirée Tropicana à La Havane ; soirée aux pieds des statues de l’Île de Pâques ; nager parmi les raies manta ; survoler la baie de Sydney en hydravion et Ayers Rock (le rocher rouge sacré des Aborigènes) en jet privé ; naviguer sur la Baie d’Halong et vivre une soirée à l’Opéra de Hanoï ; s’envoler en montgolfière au-dessus de la plaine aux 2 500 temples de Bagan et voguer sur l’Irrawaddy ; assister à un son et lumière privé sur la Place du Régistan de Samarcande, etc.





Notez

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Source link